Mettre en lumière les nouvelles tendances des restaurants de Cleveland – The Buffalo News

 | Vacances all inclusive

Mettre en lumière les nouvelles tendances des restaurants de Cleveland – The Buffalo News | Vacances all inclusive

Si la planification de vos vacances d’été vous amène à Cleveland, vous connaissez probablement déjà le panthéon du rock & roll avec la tenue de «Rhythm Nation» de Janet Jackson dans le cadre de sa section Intronés de la classe de 2019. Et que l’exposition de frappeurs lourds du Cleveland Museum of Art soit «Shinto: découverte du divin dans l’art japonais».

En matière d'art comestible, la nouvelle classe de Cleveland a ses propres surprises à dévoiler. La ville la plus cool de l’état de Buckeye abrite toujours des restaurants raffinés de première classe qui parlent couramment l’italien et le français, ainsi que les parangons du mouvement de la ferme à la table et les satisfactions de la cafétéria de la vieille école polonaise.

Mais la récente récolte de possibilités de restauration à Cleveland offre également de nombreuses opportunités enrichissantes. Lors d’une brève visite, j’étais déterminé à trouver des expériences remarquables dans un budget particulier, allant de 8 $ à 15 $.

Voici les résultats de mes recherches: des assiettes extrêmement calibrées, une poitrine luxuriante avec un pedigree japonais et les boulettes de soupe Shainghaiese les plus proches que vous pouvez déguster sans passeport.

Sel +

17625 Detroit Ave., Lakewood

saltcleveland.com

Soupe de balle matzo à Larder. (Karin McKenna / Spécial à La Nouvelle)

Le troisième propriétaire et chef de cuisine, Kenneth Scott, s’intéresse au secteur de la charcuterie, plus récemment à la Trentina de Jonathon Sawyer. Chez Larder, il prépare des plats comme une soupe matzo ball (5 $), une version vinaigrée ressemblant à un borscht avec la boulette ferme couronnée d’une émeute de verdure chargée d’aneth frais, et un sandwich au poulet frit (9 $) garnie d’une salade d’herbes infestée à l’aneth et cornichons émoussés sur une brioche au sésame.

Ohio City Galley

1400 W. 25th St., Cleveland

ohiocitygalley.org

Le nouveau hall de restauration de West Side offre aux convives la possibilité de découvrir quatre restaurants en démarrage dans un même espace. Les options incluent Poca (Oaxaca mexicain), Sauce the City (poulet frit et sandwichs), The Rice Shop (bols de riz) et Tinman (plats réconfortants américains).

La combinaison signifie que vous pouvez savourer un bol de rojo posole de Poca (10 $), une soupe au porc et hominy qui résonne profondément avec des pépins de maïs chili et tendre, au même endroit qu'un bol à thon-poke au thon étonnamment vibrant (16 $), avec un abondant ahi thon égayé de vinaigrette avocat au yuzu et de flocons de tempura de togarishi sur un lit de chou frisé assaisonné.

L'épaule de porc braisée à Oaxaca (15 $) avec taupe verte, haricots blancs et salsa verde, le Monty Cristo (jambon, gouda, cerise mostarda) de Tinman, grillés au poivre, valent la peine un essai.

Il y a aussi un bar dans la pièce voisine, un ancien hall de banque avec colonnes et hauts plafonds, proposant des cocktails artisanaux, ainsi que 30 sodas de bière artisanale et de cidre. La conversation était plus difficile ici.

Contrairement à l’Expo de Buffalo, cette opération permettra d’alimenter les clients vers des produits marqués par des numéros sur des stands qui serviront de signaux aux coureurs des produits alimentaires. Le service était rapide, la nourriture arrivant dans 10 à 15 minutes.

LJ Shanghai

3142 Superior Ave., Cleveland

Des boulettes de soupe, des boulettes de viande et du bouillon de style shanghaien dans des emballages si minces qu’il est difficile de les avoir à la bouche est une expérience mémorable, n’est pas proposée à Buffalo. Cet endroit a ouvert ses portes il y a environ 18 mois et propose les raviolis (six pour 5 $), appelés xiao long bao, dans le cadre d'une brève liste de classiques de Shanghaiese. Une baie vitrée dans la cuisine permet aux convives curieux de regarder les doigts agiles du maître des boulettes au travail.

Tête de canard épicée (6 $) et oreille de porc à la sauce chili (7 $) sont au menu, mais je ne peux que me porter garant pour les raviolis à la soupe, les nouilles échalotes (6 $) et la salade d'algues la plus brillante et la plus addictive (6 $) que j'ai jamais rencontré. Le service est rapide et sûr, et la petite pièce se remplit rapidement aux heures de pointe.

Dinerbar sur Clifton

11801 Clifton Blvd., Lakewood

dinerbaronclifton.com

Qu'est-ce qui pourrait faire d'un diner de cœur grec servant le petit déjeuner toute la journée, chaud et rapide, encore meilleur? Biberonner. Et c'est ainsi que Dinerbar est né. Obtenez le hachis de bœuf maison fait maison, et les crêpes de pain grillé à la cannelle traversées de tourbillons de sucre caramélisé - et obtenez un Bloody Mary à la sauce au raifort.

Même si vous êtes bourrés d’ouïes, l’étui à dessert en verre, chargé de tentations comme le gâteau au fromage au caramel salé couronné d’un dôme de mascarpone et de Giant Ho-Ho (8,95 $ chacun), vaut le détour.

Verrouiller, Stock & Brisket

13892 Cedar Road, University Heights

loxstockandbrisket.com

Anthony Zappola, ancien élève de la famille de restaurants Tom Colicchio, est rentré chez lui pour ouvrir un restaurant servant des versions artisanales de spécialités de charcuterie. L’ancien chef exécutif du restaurant Heritage Steak de Colicchio au Mirage Hotel de Las Vegas a porté son attention sur le détail des sandwichs de charcuterie.

Dans une enclave accueillante au milieu de magasins à grande surface, le lox fumé maison sur un bagel avec concombre, oignon rouge, fromage à la crème et aneth (9 $) est parfaitement équilibré. La poitrine de seigle fumée sur place (12 $) est garnie de concombres, d'aneth et de moutarde. Mais le point culminant est le Lincoln Park (11 $), un sandwich au poulet de poitrine de saumure au babeurre qui sort du chignon comme si il essayait de voler. Juteux, croquant, acidulé avec une salade de cornichons au beurre et au beurre, c’est pratiquement parfait.