Les employés de la ville faisaient leurs achats pendant les heures de travail et utilisaient la salle de conférence pour jouer aux cartes

 | Vacances all inclusive

Les employés de la ville faisaient leurs achats pendant les heures de travail et utilisaient la salle de conférence pour jouer aux cartes | Vacances all inclusive

[wp_bhm_generator_generate thematic=8]

OTTAWA -
Un employé de la Ville d'Ottawa est allé faire les courses de Noël pendant les heures de travail du personnel; un autre a été appelé malade après s'être vu refuser ses vacances et a fait un long voyage en voiture; un autre a utilisé une caserne de pompiers locale pour recharger son véhicule électrique.

Ce sont quelques-unes des conclusions du dernier rapport du vérificateur général sur les appels à la ligne téléphonique anonyme de signalement des fraudes et des déchets de la Ville d'Ottawa.

La hotline, qui a été lancée pour les employés de la Ville et en 2005 et élargie au public en 2009, est un service 24/7 où les gens peuvent signaler de manière anonyme les incidents qui peuvent enfreindre les règlements, les procédures ou les règlements de la Ville, ou constituer une utilisation abusive des ressources de la Ville. .

Selon le vérificateur général, 224 rapports ont été envoyés à la ligne d'assistance en 2019, contre 190 en 2018. Un peu plus de la moitié de tous les rapports en 2019, soit 54%, provenaient d'autres employés de la Ville d'Ottawa, tandis que 46% provenaient de membres du Publique.

La hotline est accessible par téléphone ou en ligne. En 2019, 79% des utilisateurs ont soumis des rapports en ligne.

La ligne d'assistance peut être jointe en appelant au 1-866-959-9309 ou en visitant https://www.ottawa.fraudwaste-fraudeabus.ca/

Parmi les constatations, le vérificateur général a déclaré qu'un employé de la ville a utilisé un véhicule appartenant à la ville pendant sa pause pendant un quart de travail pour faire ses courses la veille de Noël. L'employé a été informé que ses mesures n'étaient pas appropriées et que d'autres mesures disciplinaires seraient prises si une situation similaire se reproduisait.

On a découvert qu'un autre employé avait emmené un véhicule de la ville dans un salon pour un traitement alors qu'il était en uniforme.

D'autres employés réservaient une salle de conférence tous les jours pour jouer aux cartes à l'heure du déjeuner, ce qui l'empêchait d'être utilisée à des fins professionnelles. On leur a dit de ne réserver la salle de conférence que le jour même, en fonction des disponibilités, plutôt que d'avoir une réservation répétée.

Un employé avait demandé des vacances, mais a été refusé. Cet employé a ensuite pris un congé de maladie, selon l'AG, fournissant même une note médicale avec des restrictions médicales. On a découvert par la suite que l'employé avait fait un voyage de 800 km en moto pendant son congé de maladie, en contravention des restrictions médicales énoncées dans la note du médecin. L'employé s'est vu imposer une suspension sans solde de cinq jours.

Dans un autre cas, il a été constaté qu'un employé chargeait régulièrement son véhicule électrique personnel dans une caserne de pompiers de la ville. La direction a mis en place un moratoire sur la pratique de la recharge des véhicules électriques personnels dans toutes les casernes de pompiers.

Certains cas sont plus graves, notamment un employé qui a été surpris en train de voler de l'argent. L'employé a démissionné après avoir été pris. Un autre employé a «pris sa retraite» à la suite d'une négociation avec le syndicat après avoir été surpris en train de voler des fournitures de bureau.

Dans un autre cas, un employé s'est vu imposer une suspension de 20 jours sans solde et a été rétrogradé en raison d'une «utilisation inappropriée» du téléphone cellulaire fourni par la Ville. Bien que la nature de l'incident n'ait pas été révélée, l'AG a déclaré que l'enquête avait révélé d'autres allégations de comportement similaire en plus du rapport initial à la hotline.

Ce ne sont pas seulement les employés qui ont été découverts.

Dans un cas, l'AG indique qu'une personne a déménagé en dehors des limites de la ville mais a mis à jour son adresse afin de ne pas avoir à payer des frais de non-résident plus élevés pour les cours de leur enfant. Le compte de cette personne a été gelé, car sa nouvelle adresse n'a toujours pas été confirmée.

«Les rapports d’aujourd’hui montrent que la Ville d’Ottawa maintient un cadre qui appuie un très haut niveau d’éthique et d’intégrité», a déclaré mardi le vérificateur général Ken Hughes dans un communiqué de presse. «Cela donne également aux résidents l'assurance que la Ville est constamment à la recherche de moyens pour devenir plus efficace et efficiente.