Les personnes handicapées changent sur le sol des toilettes alors que les fonctionnaires se disputent sur le financement des installations

 | Vacances pas cher

Les personnes handicapées changent sur le sol des toilettes alors que les fonctionnaires se disputent sur le financement des installations | Vacances pas cher

[wp_bhm_generator_generate thematic=8]

Publié

15 mars 2020 12:15:53

Les personnes vivant avec un handicap profond sont obligées de changer sur le sol des toilettes publiques, comme une escarmouche de financement entre le gouvernement de la Nouvelle-Galles du Sud et les conseils locaux fait rage.

Points clés:

  • Les personnes lourdement handicapées ont besoin de vestiaires pour adultes avec un palan et une table réglable
  • Ces installations sont rares aux haltes routières sur les routes régionales
  • Les gouvernements des États et locaux sont en désaccord sur qui devrait financer leur installation

Une pénurie critique de vestiaires pour adultes, y compris des treuils et des tables réglables, sur les routes régionales a vu une pression des politiciens et du public pour améliorer le niveau des points de repos à travers l'État.

Se changer est souvent pris pour acquis, mais pour Oscar Cruz, c'est une lutte quotidienne. La femme de 24 ans souffre de dystrophie musculaire et utilise un fauteuil roulant.

Il a enduré l'épreuve indigne de changer sur le siège des toilettes publiques en voyageant vers et depuis sa ville natale de Wagga Wagga dans le sud-ouest de l'État.

"Il y a de fortes chances de tomber du siège des toilettes, de le glisser, et si je me glisse trop loin et que je ne peux pas me relever, quelqu'un d'autre doit m'aider à le faire", a déclaré M. Cruz.

Les vestiaires pour adultes dans la région NSW sont rares, seuls Denman, Gundagai, Muswellbrook, Orange, Wagga Wagga et Deniliquin les installant dans les centres-villes.

Il laisse des gens comme M. Cruz et son soignant parcourir des centaines de kilomètres sur les autoroutes reliant les villes rurales sans installations adéquates.

Liberté de voyager

Selon l'Institut australien de la santé et du bien-être, 4,3 millions de personnes vivent avec un handicap. De ce nombre, 32% (1,38 million) souffrent d'une invalidité grave ou profonde.

La prévalence du handicap augmente avec l'âge, une personne sur deux de plus de 65 ans vivant avec un handicap.

Mme Pham a déclaré qu'elle souhaitait investir dans des infrastructures accessibles pour répondre à la dépendance croissante à l'égard des installations de changement.

"Les gens doivent se rendre compte que nous vieillissons tous, et comme nous vivons plus longtemps et que nous vieillissons plus, nous devenons plus handicapés", a-t-elle déclaré.

"Nous aurons tous un jour un handicap, quel qu'il soit; si nous ne commençons pas à construire pour notre société maintenant, nous allons tous souffrir d'isolement social, de manque de participation communautaire."

Pour M. Cruz, il a dit qu'il espérait pouvoir un jour profiter d'un road trip avec dignité.

"Ce serait formidable d'encourager plus de personnes handicapées à sortir et à vivre simplement la vie qu'elles peuvent à ce moment-là, à rendre leur vie plus confortable et agréable, et à pouvoir simplement faire ce que vous aimez", a-t-il ajouté. m'a dit.

"C'est l'une des choses les plus importantes d'être une personne."

Les sujets:

handicapées,

voyage-santé-et-sécurité,

la santé et la sécurité au travail,

voyage et tourisme,

gouvernement local,

états-et-territoires,

politique de santé,

la discrimination,

communauté et société,

gens,

Humain,

intéret humain,

wagga-wagga-2650,

vincentia-2540,

nsw