Le périple des Sénateurs se termine avec un gémissement contre Dallas

 | Club vacances

Le périple des Sénateurs se termine avec un gémissement contre Dallas | Club vacances

[wp_bhm_generator_generate thematic=8]

Stars 2, Sénateurs 1

DALLAS - Au Texas, tout est peut-être mieux, mais les Sénateurs d’Ottawa ont fait beaucoup lundi pour clore un voyage difficile de trois matchs.

Après la défaite sans défense face aux Stars de Dallas (2-1), les Sénateurs ont volé à la maison avec seulement un point de la semaine de trekking dans l’ouest.

Tout comme lors des premier et deuxième matchs du voyage (défaite de 3-2 en fusillade contre Vegas et de défaite 5-2 en Arizona), les Sénateurs ont fait preuve d'un peu de retard.

Ils ne méritaient pas d’être proches, mais Vladislav Namestnikov a marqué sur le banc avec le gardien Anders Nilsson pour un patineur supplémentaire, cassant ainsi le jeu blanc du gardien Anton Khudobin.

Hormis le but de Namestnikov, les Stars ont fait ce qu’ils avaient fait en première et deuxième périodes, étouffant les Sénateurs dans leur moitié de la glace.

Nilsson est responsable de maintenir le score respectable. Partout ailleurs sur la glace, les Sénateurs ont été un pas en arrière toute la nuit.

"Le fardeau revient à nous, en tant que joueurs", a déclaré Mark Borowiecki, capitaine adjoint, à propos d'un autre départ encore plus lent. «Cette ligue… ça va devenir plus difficile cette année. Ce n’est pas plus facile, bien sûr. Vous devez simplement trouver un moyen individuel de vous assurer que vous êtes prêt à jouer. Sinon, vous vous retrouvez dans des jeux comme celui-ci et vous ne faites que bombarder.

Radek Faksa a brisé la glace, déviant un tir de Taylor Fedun par-dessus l'épaule de Nilsson en 1:02 à la fin du premier tiers.

Les Stars ont marqué 17-9 en tirs au but en première période, une bonne indication de leur contrôle des 20 premières minutes. Le gardien des Stars, Anton Khudobin, a à peine été mis à l’épreuve.

Les Stars ont accumulé une avance de 2-0 en deuxième période, profitant d'une autre histoire familière: le défilé des Sénateurs au banc des punitions.

Avec Jean-Gabriel Pageau et Vladislav Namestnikov au banc des punitions, les Stars ont continué à venir chez les Sénateurs. Alors que les Sénateurs ont réussi à éliminer le penalty de Namestnikov, Joe Pavelski a encaissé, tandis que Pageau était toujours pénalisé, inscrivant un score de 2-0.

À la troisième période, les Sénateurs étaient sur leurs talons et reculaient alors que les Stars pressaient de mettre le jeu hors de portée.

Nilsson a gardé son équipe proche.

«Ils étaient physiques, ils étaient au-dessus de nous, ils étaient simplement meilleurs que nous», a déclaré l'entraîneur des Sénateurs, D.J. Forgeron. «Je dois leur donner du crédit. Ils nous ont joué ici ce soir. Nous n’avons pas fait autant de sauts que je l’aurais souhaité. Nous avons gâché une performance exceptionnelle.

Les deux équipes auraient dû avoir beaucoup à prouver.

Les Sénateurs ont débuté le voyage par une défaite de 3-2 en fusillade à Vegas, suivie d’une défaite décourageante de 5-2 contre les Coyotes de l’Arizona samedi.

Cela leur laissait une fiche de 1-5-1, dernier dernier dans la LNH avec 31 équipes.

À 2-7-1, les Stars n'étaient plus qu'un cran au dessus d'eux.

Contrairement aux Sénateurs en reconstruction, cependant, les Stars s’attendent à être en quête de la Coupe Stanley, avec la chance de compter parmi une équipe de vétérans.

Ils sont entrés dans le match de lundi après avoir gagné une partie de leur fierté avec une victoire 4-1 sur la route à Philadelphie samedi, mais sont tout à fait conscients qu'ils doivent profiter d'un séjour prolongé à domicile pour revenir dans le dos de la Conférence de l'Ouest.

Le match contre les Sénateurs a donné le coup d'envoi à un match familial de quatre matchs à l'American Airlines Arena. Six des sept prochains matchs des Stars seront joués ici.

Les Stars ont opté pour le gardien de but substitut Anton Khudobin, marquant pour la sixième fois en huit matchs que les Sénateurs n’ont pas affronté le gardien numéro un de leurs adversaires. Ben Bishop, l'ex-sénateur dont la maison a été dévastée par la tornade qui a déchiré ces quartiers dimanche soir, était sur le banc.

Bien que Khudobin soit peut-être la doublure de Bishop, il n’a été qu’un acteur principal de son histoire contre Ottawa. Il a participé au match avec une fiche de 7-0-1 en carrière, une moyenne de 2,10 buts alloués et un pourcentage d'efficacité de .938 contre les Sénateurs.

Nilsson réalisait une performance exceptionnelle contre Vegas, où il a marqué 52 points pour les Sénateurs.

Il a commencé contre les Stars de la même manière, en laissant les Sénateurs dans le match tôt.

Faksa a finalement brisé la glace avec 1:02 à faire dans la première période, déviant le tir de Taylor Fedun sur l’épaule de Nilsson.

Après un début tiède, les Sénateurs ont accéléré le pas dans la seconde moitié de la période. Brady Tkachuk s’est imposé comme une nuisance devant Khudobin.

En dehors de cela, les Sénateurs n’ont pas grand-chose d’enthousiasmé.

Les Sénateurs sont de retour au jeu mercredi au Canadian Tire Center contre les Red Wings de Detroit.

RESTEZ SUR LE COURS: BOWNESS

Le premier entraîneur-chef des Sénateurs d’Ottawa a déclaré que l’entraîneur-chef actuel avait sa place pour le poste.

«Ils ont le bon gars», a déclaré Rick Bowness, qui a dirigé les Sénateurs de l’extension de 1992 à 1995 et qui a été interviewé pour le poste vacant à la suite de la saison 2018-1919. «C'était bien d'être impliqué dans le mixage. J'ai aimé discuter avec Pierre (Dorion, directeur général des Sénateurs).

Bowness en est à sa première année en tant qu'assistant des Stars de Dallas, après avoir passé les six dernières années en tant qu'entraîneur associé à Tampa. Il a également été entraîneur-chef à Winnipeg, Boston et avec les Islanders de New York.

Avant d’embaucher Smith, Dorion s’est rendu à Dallas pour parler à Bowness de la possibilité de revenir pour une deuxième tournée en tant qu’entraîneur-chef dans la capitale nationale.

«Oh, bien sûr», a-t-il dit, lorsqu'on lui a demandé s'il aurait envisagé de retourner à Ottawa. «Ils sont venus me voir et tout était bien, mais je crois toujours qu'ils ont le bon gars. En ce moment, je veux gagner une coupe Stanley plus que tout. Cela n’a pas changé. J’ai 64 ans maintenant et j’ai des chances d’obtenir un autre poste de travail principal à distance et c’est correct. »

RECONSTRUIRE 2.0
Bowness, qui a vécu toutes les difficultés de croissance des plus anciennes années chez les Sénateurs - il a enregistré un record de 40 victoires, 178 défaites et six matchs nuls derrière le banc - offre un peu d'espoir aux partisans impatients d'Ottawa.
"Ils ont une équipe jeune, qui monte et qui vient et ils ont un entraîneur qui monte et qui va grandir avec eux", a-t-il déclaré. «Peu importe le temps qu'il faudra, ils grandiront ensemble. Ils ont un bon noyau. Ce n’est pas comme s’ils partaient de zéro. Ils ont de très bons jeunes talents. "

ANISIMOV RETOURNE ENFIN
Jusqu'à ce qu'il revienne lundi contre les Stars, la dernière fois que les partisans des Sénateurs ont vu Artem Anisimov sur la glace, c'était lors de la première victoire de Smith en tant qu'entraîneur-chef de la LNH, la victoire 4 à 2 contre Tampa le 12 octobre. Les gars jouent et vous recevez un traitement (pour une blessure au bas du corps non divulguée), vous voulez juste jouer et jouer au jeu », a déclaré Anisimov, qui a été acquise dans le commerce de l'été pour Zack Smith. Les Sénateurs ont beaucoup manqué à Anisimov, avec D.J. Smith surpasse Jean-Gabriel Pageau, Chris Tierney et Colin White en son absence. "Je veux montrer l'exemple", a déclaré Anisimov, dont l'unique but est venu à Tampa. «Je veux tout faire sur la glace, dans les vestiaires et en dehors de la glace, en discutant avec les jeunes gars. Le plus important est de les aider du mieux que je peux.

Longue route à surveiller
Les Sénateurs ont officiellement rappelé J.C. Beaudin de Belleville de la LAH lundi matin, au cas où Anisimov n’était pas prêt à jouer. Malgré l’incertitude, les parents de Beaudin, ainsi que son frère et sa soeur, se sont envolés pour Montréal depuis Dallas, ne voulant pas rater ce qui aurait été son premier match dans la LNH. «C’est bon pour ma confiance, je suis excité d’être ici», a déclaré Beaudin à propos de l’appel. «Je sais que je peux vous offenser, mais je suis aussi responsable de la défense. J'ai juste besoin d'être un peu plus physique. Je sais que je peux jouer dans cette ligue. »… Malgré tout, c’était intéressant car Beaudin n’a disputé qu’une partie de pré-saison et n’a participé qu’à deux des cinq premières compétitions de Belleville.
BOEDKER RETOUR
Mikkel Boedker a pris la place de Scott Sabourin dans la formation face à Dallas, mais il reconnaît qu’il était difficile de s’asseoir dans une égratignure saine chez son ancien domicile à Phoenix lors de la défaite 5-2 des Sénateurs, samedi. "C’était une de ces choses où vous voulez jouer dans un bâtiment où vous avez joué pendant de nombreuses années, mais vous ne pouvez pas changer la décision de l’entraîneur, c’est pourquoi il est l’entraîneur", a-t-il déclaré. "Vous devez juste travailler, faire les bonnes choses à l'entraînement et être un bon coéquipier."

DÉPLACEMENT, LRT
Il est difficile de passer à côté des scooters électriques que les navetteurs de Dallas utilisent pour se déplacer dans le centre-ville. Même les Sénateurs sont passés à l'acte dimanche, en publiant leur action de scooter sur Instagram. «Nous avons juste sauté sur les vieux oiseaux et nous étions finalement six ou sept et c'était hilarant de nous voir circuler», a déclaré Nick Paul. En tant qu'athlètes de compétition, bien sûr, une course de stationnement s'est ensuivie. Chris Tierney a gagné, mais «c’est peut-être la machine», c’est ce qui est à la base de la victoire, selon Paul… Pour ce que ça vaut, Marc Brassard de Le Droit et le vôtre ont également vraiment trottiné notre chemin vers le lundi matin. Dans les rues de Dallas, nous avons reçu beaucoup de reconnaissance de nos talents de voiture.

L'HOMME A BEAUCOUP DE MOTS
Interrogé sur les récents combats du défenseur des Stars, John Klingberg, l’entraîneur de Dallas, Jim Montgomery, s’est rendu au football, puis au golf, pour expliquer ce qui se passait. «Au lieu d’être Tom Brady et à la recherche de six premiers essais et d’une course de 80 verges qui mène à un touché, il cherche l’antenne Dan Fouts et laisse la bombe à 50 verges à (John) Jefferson ou (Charlie) Join. Et cela conduit à plus d'interceptions », a-t-il déclaré. Et puis ça. “La meilleure analogie est Tin Cup. Allez-vous vous coucher et rester à égalité avec le leader du tournoi? Ou voulez-vous bien paraître? Et je ne dis pas cela en particulier à John Klingberg, mais c’est ce que nous avons fait. "

[email protected]

Twitter: @ Citizenkwarren


AUSSI DANS LES NOUVELLES

Remerciant leurs stars chanceuses: les membres de l’équipe de Dallas sont extrêmement impressionnés par la tornade

67 ans, Joseph Garreffa, attaquant en surnombre, puis passe le relais à Bulldogs en prolongation

Terminer avec un but: les sénateurs s'engagent à mettre fin au voyage sur la route avec un bang