Ankara réprimande le dernier avis de voyage américain mettant en garde contre le terrorisme et les détentions

 | Vacances derniere minute

Ankara réprimande le dernier avis de voyage américain mettant en garde contre le terrorisme et les détentions | Vacances derniere minute

Le ministère turc des Affaires étrangères a critiqué samedi une récente mise à jour d'avis de voyage par les États-Unis, qui a mis en garde ses citoyens de se rendre en Turquie.

L'avis de voyage publié jeudi, malgré le fait qu'il contient des évaluations généralement positives en raison des conditions de sécurité solides en Turquie, ne reflète pas la réalité concernant les villes de l'est et du sud-est de la Turquie, a déclaré le ministère turc des Affaires étrangères dans un déclaration publiée sur son site officiel.

"Cette déclaration, qui contient des remarques allant au-delà de l'objectif et du contexte d'un avis de voyage, n'aurait pu être écrite de bonne foi", a ajouté le ministère.

Dans une mise à jour de son avis aux voyageurs concernant la Turquie plus tôt cette semaine, le Département d’État américain a lancé un appel à la prudence accrue en raison du terrorisme et de la détention arbitraire de citoyens américains se rendant en Turquie. Les citoyens américains ont été invités à reconsidérer leur voyage dans les provinces orientales et du sud-est du pays, à majorité kurde, où le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), clandestin, mène depuis des décennies une insurrection contre la Turquie pour son autonomie.

L'avis indiquait en outre que «les forces de sécurité ont arrêté des dizaines de milliers de personnes, y compris des citoyens américains, en raison de prétendues affiliations à des organisations terroristes, en se fondant sur des preuves rares ou secrètes et sur des motifs qui semblent avoir une motivation politique».

Dans sa déclaration, le ministère des Affaires étrangères a appelé les autorités américaines à renoncer à cette "approche idéologique" et à prendre en compte "les réalités de la Turquie" dans son évaluation de cette semaine.

Un cessez-le-feu entre le gouvernement turc et le PKK s'est effondré en juillet 2015, entraînant une escalade de la violence dans les villes et villages du sud-est à majorité kurde.