Choses à savoir sur le Nouvel An juif – The Forward

 | Vacances pas cher

Choses à savoir sur le Nouvel An juif – The Forward | Vacances pas cher

Rosh Hashana est l'une des fêtes les plus importantes du calendrier juif. Souvent connu sous le nom de «Nouvel An juif», il ouvre la haute saison des fêtes. Même de nombreux Juifs qui ne célèbrent pas d'autres fêtes ou observent d'autres lois ou pratiques juives continuent de quitter le travail et l'école pour assister à des offices religieux et voir leurs amis et leur famille à ce moment spécial.

Pour quiconque envisage de célébrer Rosh Hashanah cette année, ou cherche simplement à en apprendre davantage sur les traditions juives, nous avons rassemblé quelques faits de base pour vous aider à comprendre le sens de cette fête.

Quand est-ce que Rosh Hashana commence?

Rosh Hashanah, l'hébreu pour «chef de l'année», est l'une des fêtes juives les plus importantes. Il a lieu les deux premiers jours du mois hébreu de Tishrei (Septembre ou octobre sur le calendrier grégorien) pour la plupart des juifs traditionnels, mais seulement le premier Tishrei pour les juifs réformés.

Rosh Hashanah 2019 commence le dimanche 29 septembre au soir et se termine le mardi 1er octobre au soir. (Dans la tradition juive réformée, Rosh Hashana se terminera dans la nuit du 30 septembre.)

Rosh Hashanah 2020 commence le soir du vendredi 18 septembre et se termine le soir du dimanche 20 septembre.

Les heures précises du coucher et du coucher du soleil varient d’un endroit à l’autre.

Qu'est-ce que Rosh Hashana?

La fête de Rosh Hashana vient du Torah, la Bible hébraïque, qui commande aux Juifs de faire sauter le chofar (corne de bélier) et cessez de "travailler à vos occupations" à cette date (Lévitique 23: 24-25). De nombreuses lois plus spécifiques de Rosh Hashana proviennent de la Talmud. Rosh Hashanah marque également le début de la nouvelle année juive et du début de la période de dix jours connue sous le nom de «Jours de crainte», un temps de repentance spirituel qui se termine par Yom Kippour, le jour des expiations.

L'aspect théologique le plus important de Rosh Hashana est la conviction que Dieu juge chaque Juif le premier jour. Selon la tradition juive, Dieu détermine le sort de chaque personne juive pour l'année à venir principalement sur la base de ses actions de l'année précédente. Cependant, chacun a la possibilité d'améliorer un jugement négatif de trois manières.

Une façon est Techouva, ce qui signifie littéralement «revenir» mais est généralement traduit par «repentance» - un Juif effectue Techouva en ressentant du regret pour un péché, en s'excusant auprès de Dieu et / ou de la personne contre laquelle ils ont péché, et en s'engageant sincèrement à ne plus commettre le péché. Une autre façon est tefila - prière. Enfin, les Juifs peuvent également gagner la clémence grâce à tsédaka, ce qui signifie littéralement «justice» ou «justice». En pratique, tsédaka fait généralement référence aux dons de bienfaisance, mais cela pourrait aussi être interprété comme une participation à un travail en faveur de la justice.

Comment célèbre-t-on Rosh Hashana?

Rosh Hashana est célébrée avec de nombreuses traditions, dont certaines sont requises par la loi juive et certaines sont des coutumes populaires. Le travail est interdit et les Juifs passent généralement une grande partie de la journée dans la synagogue, à adorer, à écouter les passages prescrits de la Torah et du Livre de Neviim ("Prophètes") et entendre les explosions du shofar.

Un des plus importants Roch Hachana mitsvot («Commandements» dans la loi juive) est que chaque Juif entend une séquence de sons provenant du chofar. Le shofar est une corne de bélier creusée rappelant l’histoire de la ‘Aqeidah, le «lien d'Isaac», durant lequel Abraham sacrifie finalement un bélier dont la corne est prise dans un fourré à la place de son fils Isaac (Genèse 22:13). L’histoire de la ‘Aqeidah est chantée à haute voix lors des offices de Rosh Hashana.

Traditions de Roch Hachana

Rosh Hashana est censé être un moment de détente, de fête et de fête. Il est de coutume de manger des aliments sucrés à Roch Hachana comme moyen symbolique d'inaugurer une nouvelle année sucrée. Les juifs trempent des pommes challot (Pain juif) dans le miel et parfois aussi manger des gâteaux au miel et autres desserts sucrés. (Plus d'idées de menu de Roch Hachana ici.)

Il existe également plusieurs pratiques de Rosh Hashana qui ont trait à la repentance. Une telle pratique est Tashlikh, au cours de laquelle les Juifs jettent des morceaux de pain, qui représentent leurs péchés, dans l’eau. Le pain est emporté par le courant de l'eau ou consommé par le poisson.

Les Juifs se repentent aussi en implorant la miséricorde de Dieu lors de cérémonies spéciales organisées tard dans la nuit ou tôt le matin. Slihot. Pendant Slihot, Les Juifs plaident devant Dieu pour que leurs péchés soient pardonnés en invoquant les treize «attributs de la miséricorde» divins et en rappelant à Dieu divers épisodes bibliques au cours desquels des prières juives ont été exaucées. Dans la tradition ashkénaze, Slihot sont récités à partir du samedi soir avant Roch Hachana, mais les juifs séfarades et mizrahi récitent traditionnellement Slihot pendant tout le mois qui a précédé Rosh Hashana également.

Les Juifs utilisent souvent Rosh Hashana et les Jours de crainte comme une occasion de présenter des excuses informelles à leurs proches, à leurs amis et à d’autres personnes à qui ils ont fait du tort au cours de l’année précédente.

Salutations à Roch Hachana

Il existe plusieurs salutations, qui sont couramment utilisées à la fois à Roch Hachana et les jours avant et après les vacances.

Le plus fondamental est le shanah tovah, ce qui signifie «pour une bonne année» ou simplement shanah tovah, "une bonne année."

Une version légèrement plus sophistiquée de cette salutation est shanah tovah umetuqah, ce qui signifie "une bonne et douce année".

Si vous voulez vraiment vous vanter, vous pouvez même dire la version complète complète, qui se traduit en anglais par «puisses-tu être écrite et scellée pendant une bonne année». Cette phrase est une prière pour que Dieu écrive le nom de la personne que tu préfères. saluent dans le «livre» des personnes qui doivent passer une bonne année à Roch Hachana et qui vont sceller leur nom dans ce livre de Yom Kippour. En hébreu, cette phrase plus compliquée change en fonction de votre interlocuteur. Si vous saluez quelqu'un qui utilise ses pronoms, dites: l’shanah tovah tikateiv v’teihateim. Pour quelqu'un qui utilise les pronoms elle / elle, dites: l’shanah tovah tikateivi v’teihateimi. Lorsque vous parlez à plusieurs personnes ou à une personne qui utilise les pronoms eux / elles / leurs, dites: l’shanah tovah tikateivu v’teihateimu. Si la personne à qui vous parlez utilise un ensemble de pronoms différent, vous pouvez demander poliment si cette personne a adopté un système particulier de pronoms en hébreu ou simplement dire: shanah tovah umetuqah.

Dans l'après-midi de Roch Hachana et à travers le reste des Jours de crainte, les Juifs se saluent aussi parfois avec Gemar Hatimah Tovah, ce qui signifie "un bon sceau final." Cette salutation, cependant, est plus commune sur Yom Kippour.

En Amérique, certains Juifs se souhaitent simplement une "bonne année" en anglais.


Pour certaines personnes, Rosh Hashana est une expérience profondément spirituelle et une période d'éveil religieux et de rédemption. Pour beaucoup, il s’agit d’une occasion annuelle de croissance personnelle et d’amélioration de soi qui permet de réaffirmer ses objectifs religieux, moraux, judiciaires et interpersonnels. Pour d’autres, c’est surtout une chance de voir la famille ou de décharger un fardeau mental en présentant des excuses et en pardonnant.

Quoi que vous souhaitiez sortir de Rosh Hashana cette année, nous espérons que les informations présentées ci-dessus vous aideront à les trouver.