Existe-t-il des restrictions de déplacement liées à Ebola? – Vax Avant Voyage

 | Vacances all inclusive

Existe-t-il des restrictions de déplacement liées à Ebola? – Vax Avant Voyage | Vacances all inclusive

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), «la flambée du virus Ebola Zaïre en République démocratique du Congo (RDC) s’est poursuivie la semaine dernière, avec une intensité de transmission de la maladie similaire».

Cette déclaration de l’OMS publiée en ligne le 8 août 2019 indiquait qu ’« une moyenne de 86 nouveaux cas d’Ebola par semaine au cours des six dernières semaines a été confirmée en RDC.

Depuis le début de l'épidémie d'Ebola en RDC en août 2018, 2 781 cas au total, dont 1 866 décès, ont été signalés au 6 août 2019.

Ces nouvelles données de l'OMS reflètent un taux de létalité global de 67% pour la mortalité par Ebola.

Toutefois, l’OMS a déclaré dans sa récente déclaration qu ’" elle déconseille toute restriction des voyages à destination de la RDC et des échanges commerciaux avec elle, sur la base des informations actuellement disponibles ".

Et, a ajouté l’OMS, "aucun pays n’a mis en place de mesures de déplacement qui gênent considérablement le trafic international à destination et en provenance de la RDC".

Le raisonnement de l’OMS pour ne pas imposer de restrictions de voyage en RDC est lié à l’absence de vaccins homologués contre le virus Ebola.

Cette déclaration de l’OMS indique qu ’« il n’existe actuellement aucun vaccin homologué pour protéger les personnes du virus Ebola.

Par conséquent, les exigences relatives aux certificats de vaccination contre Ebola ne constituent pas une base raisonnable pour restreindre les mouvements transfrontaliers ou la délivrance de visas aux voyageurs à destination ou en provenance des pays touchés. "

Toutefois, le 17 juillet 2019, le Directeur général de l’OMS a déclaré que la flambée actuelle d’épidémie d’Ebola en RDC était une «urgence de santé publique d’importance internationale au regard du Règlement sanitaire international».

En outre, l’OMS a publié les recommandations suivantes concernant le trafic international à destination de la RDC:

  • déconseille vivement la fermeture des frontières et la mise en œuvre de restrictions éventuelles sur les voyages et le commerce
  • y compris la quarantaine générale des voyageurs arrivant de pays touchés par le virus Ebola

L’OMS a déclaré que "de telles mesures poussent les mouvements de personnes et de marchandises vers les points de passage informels des frontières qui ne sont pas surveillés, augmentant ainsi les risques de propagation de la maladie".

"Ce qui est le plus critique, ces mesures ne soutiennent pas les efforts de santé publique car elles affectent négativement et de manière significative les opérations de réponse du point de vue de la sécurité et de la logistique et peuvent compromettre les économies locales."

En contradiction avec la déclaration de l’OMS du 8 août, le Royaume d’Arabie saoudite «a cessé de délivrer des visas aux RDC, y compris aux non-citoyens», a rapporté AP News le 24 juillet 2019.

En outre, pour alerter les voyageurs internationaux en provenance des États-Unis, le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) a publié une alerte de niveau 2 mise à jour le 8 août 2019 indiquant que «le risque d'infection par le virus Ebola est faible pour la plupart des voyageurs se rendant en RDC».

"Seules les personnes qui se rendent dans la zone touchée ou qui ont un autre contact avec une personne atteinte d’Ebola sont à risque."

«Les voyageurs peuvent être infectés s’ils entrent en contact avec du sang ou des liquides organiques d’une personne infectée. La famille et les amis qui s’occupent des personnes atteintes d’Ebola et les travailleurs de la santé qui n’appliquent pas les précautions de prévention des infections adéquates courent un risque plus élevé ».

«Les voyageurs devraient consulter un médecin immédiatement s'ils développent de la fièvre, des maux de tête, des douleurs corporelles, des maux de gorge, de la diarrhée, des faiblesses, des vomissements, des maux d'estomac, des éruptions cutanées ou des yeux rouges pendant ou après le voyage, a déclaré le CDC.

Le 2 août 2019, le programme des travailleurs de retour de Public Health England, destiné aux voyageurs britanniques, fournit des conseils aux ressortissants britanniques qui rentreront au Royaume-Uni après avoir été touchés par l'épidémie d'Ebola.

Et le 22 juillet 2019, le gouvernement du Canada recommande aux Canadiens d'éviter tout voyage non essentiel en RDC.

Des informations supplémentaires sur les voyageurs d'Ebola sont disponibles dans les recommandations de l'OMS pour le trafic international lié à l'épidémie de maladie à virus Ebola en République démocratique du Congo.

La maladie à virus Ebola, également appelée fièvre hémorragique Ebola, est une maladie rare et mortelle; des saignements internes et externes peuvent être observés chez certains patients.

Deux vaccins candidats contre Ebola Zaïre sont actuellement testés en Afrique centrale en 2019:

  • Merck v920 (rVSVΔG-ZEBOV-GP) est un vaccin Ebola recombinant capable de se répliquer, consistant en un virus de la stomatite vésiculaire (VSV), qui a été génétiquement modifié pour exprimer une glycoprotéine de l’ebolavirus du Zaïre afin de provoquer une réponse immunitaire neutralisante. au virus Ebola.
  • Janssen Ad26.ZEBOV est un vaccin monovalent conçu pour conférer une immunité acquise spécifique active au virus Ebola. Le vaccin est basé sur le vecteur adénovirus de type 26 (Ad26) exprimant la glycoprotéine (GP) du variant de Mayinga du virus Ebola.

Ces candidats vaccins Ebola peuvent provoquer des effets indésirables, qui devraient être signalés à un fournisseur de soins de santé ou aux CDC.