Les Etats-Unis défendent des restrictions plus strictes sur les voyages des diplomates iraniens à New York | Voix de l'amérique

 | Vacances all inclusive

Les Etats-Unis défendent des restrictions plus strictes sur les voyages des diplomates iraniens à New York | Voix de l'amérique | Vacances all inclusive

Cet article provient du service persan de VOA.

Les États-Unis défendent leurs nouvelles restrictions sur les mouvements de diplomates iraniens aux Nations Unies à New York, affirmant que ces mesures sont conformes aux obligations des États-Unis en tant qu'hôte de l'organisation mondiale.

En réponse à une question de VOA Persian, un porte-parole du département d’Etat a publié jeudi une déclaration dans laquelle il déclarait que les restrictions plus sévères imposées aux diplomates iraniens seraient appliquées "conformément à nos obligations en vertu de l’Accord de siège américain".

"Les Etats-Unis prennent au sérieux leurs obligations en tant qu'hôte des Nations Unies. Les Etats-Unis ont l'intention de s'en tenir à leurs obligations", a déclaré le porte-parole.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, s’est entretenu mercredi avec des journalistes alors qu’il participait à des réunions au siège américain à New York, a qualifié les nouvelles restrictions imposées aux voyages par les Américains de "fondamentalement inhumaines". Avant l'arrivée dimanche de Zarif à New York, les États-Unis l'avaient limité, ainsi que le personnel de la mission iranienne et les membres de sa famille, à un rayon de 40 km autour de Columbus Circle, dans le centre-ville de Manhattan.

Dans une note diplomatique à la mission iranienne auprès de l'ONU datée du 12 juillet et vue par VOA Persian, la mission américaine à l'ONU a annoncé que tous les membres de la mission iranienne, les membres de leur famille immédiate et les représentants en visite du gouvernement iranien seraient immédiatement restreints à voyager à seulement quatre régions de New York.

Le secrétaire d'État Mike Pompeo prend la parole lors de la conférence ministérielle sur la promotion de la liberté de religion, le 18 juillet 2019, au département d'État américain à Washington.

Dans une interview avec Le Washington Post Le diplomate américain Mike Pompeo a déclaré: "Les diplomates américains ne se promènent pas dans les environs de Téhéran, nous ne voyons donc aucune raison pour que les diplomates iraniens se promènent librement dans la ville de New York."