Juifs veulent empêcher l’élection du Canada à l’occasion de la fête juive – The Forward

 | Vacances pas cher

Juifs veulent empêcher l’élection du Canada à l’occasion de la fête juive – The Forward | Vacances pas cher

(JTA) – Un candidat juif aux élections fédérales canadiennes et un électeur juif ont intenté une action en justice demandant de changer le jour du scrutin, car il tombe un jour férié.

Shemini Atzeret sort cette année le 21 octobre, le jour des élections, ce qui empêcherait les Juifs observants de voter. Trois des quatre jours de vote par anticipation sont trois autres jours fériés ou le Shabbat.

La poursuite, appelée demande, a été déposée la semaine dernière devant un tribunal fédéral et demande que la date du scrutin soit changée au 28 octobre.

Chani Aryeh-Bain, candidate du parti conservateur dans le district torontois d’Eglington-Lawrence, et la électrice Ira Walfish de York-Centre, également un district de la région de Toronto, ont intenté une action en justice, affirmant que la date de l’élection était discriminatoire à l’égard des Juifs canadiens observateurs.

Aryeh-Bain est un Juif pratiquant et ne pourrait donc pas faire campagne le jour du scrutin, indique le procès.

Les centres York et Eglinton-Lawrence sont représentés par des membres du Parti libéral qui ont battu les conservateurs juifs aux dernières élections, selon le Canadian Jewish News.

Les élections fédérales canadiennes de 2008 sont tombées le premier jour de Souccot.

«Ce litige n’aurait pas dû être nécessaire», a déclaré Michael Mostyn, président-directeur général de B’nai Brith Canada. "Le directeur général des élections a le pouvoir discrétionnaire de changer le jour du scrutin pour éviter" un jour d'importance culturelle ou religieuse "en vertu de l'article 56.2 (1) de la loi électorale, mais il a inexplicablement manqué de prendre cette mesure tout à fait logique."

Shemini Atzeret tombe à la fin de la semaine de Souccot.

L’histoire "Les Juifs veulent arrêter l’élection du Canada lors de la fête juive" a été écrite par Marcy Oster.