Road-Tripping: Le réalisateur Sebastian Schipper explique pourquoi le tournage de routes était chronologiquement la meilleure voie à suivre pour son film

 | Vacances pas cher

Road-Tripping: Le réalisateur Sebastian Schipper explique pourquoi le tournage de routes était chronologiquement la meilleure voie à suivre pour son film | Vacances pas cher

Avant le tournage, Sebastian et Stéphane, autrefois considérés comme «le plus jeune comédien de France», se sont rendus au Maroc pour rencontrer des réfugiés. Le personnage de Stéphane a été très informé de cette expérience.

«Je devais faire des recherches sur mes racines congolaises et j'ai travaillé avec un coach en dialecte pour me débarrasser de mon accent français et développer un accent congolais. J'ai aussi regardé des documentaires sur la crise des migrants et je suis allé à Calais [on France’s northern coast] et le Maroc avant de tourner pour rencontrer des gens en fuite qui tentent d’atteindre la France et tentent d’atteindre l’Europe. "

Sebastian a conduit Stéphane dans une enclave espagnole au Maroc qui abrite de nombreux réfugiés.

Il a déclaré: «Stéphane et moi-même, ainsi que notre guide marocain, sommes allés dans la brousse et avons rencontré un groupe de jeunes, je dirais - je pense que leur chef, pour ainsi dire, avait 22 ou 23 ans et ce fut une expérience assez profonde. étrange d'être un occidental privilégié.

"Je dirais que c'est l'une des choses les plus importantes qui se sont produites lors de la réalisation de ce film, car nous avons dit:" OK, nous allons revenir ici dans deux heures ", puis nous sommes allés en ville et avons acheté toutes sortes de des choses qui pourraient leur être utiles. Bien sûr, c’était une petite chose que nous faisions mais c’était une connexion. J'avais le sentiment qu'il y avait un moment de connexion avec ce groupe qui était significatif. "

C'est à ce moment que le personnage de Stéphane a «cliqué» avec lui.

Il a dit: "Nous savions que ce film avait un but à partir de ce moment, je dirais."

Les deux hommes ont constaté que la "crise des réfugiés" n’était pas l’ensemble du chagrin souvent présenté dans les médias.

Sebastian a déclaré: «Nous avons dessiné tout le costume pour que William l’ait rencontré et une fois que vous avez vu ce genre de groupe, vous savez que vous devez le faire correctement. Ce n’était pas seulement Stéphane et moi, en pensant à la partie, nous avions un point de référence très précis. ”

Il a poursuivi: «Je dois admettre que j’ai parfois l’impression que des films dans lesquels la crise ou la situation des réfugiés ou des migrants survient, qu’ils soient au cinéma ou non, ou j’ai parfois l’impression que cela est traité comme un zombie. apocalypse'. C'est comme s'il y avait beaucoup de réfugiés mais c'est toujours 'The Refugees' et que vous aimiez 'The Refugees' ou que vous soyez contre eux ou que vous vouliez les empêcher d'entrer, c'est toujours ce groupe presque anonyme, sans visage et sans voix, et c'est quelque chose que nous avons appelé beaucoup de rencontrer ces garçons.

«Ils sont dans une situation inimaginable pour nous mais il y avait beaucoup de sourires et ils étaient très chauds, ce fut un moment très chaleureux pour les rencontrer. Stéphane et moi nous l'avons rappelé tout au long du film. William n’a pas peur de sourire, de s’amuser ou de faire une blague, car c’est William, il n’est pas seulement un substitut à une situation horrible. "

Fionn n’a pas rejoint les deux lors de leur voyage pré-tournage au Maroc parce que son personnage est «en quelque sorte naïf».

Il a déclaré: «Pour moi, cela a parfaitement fonctionné. Au fil du voyage, j’ai rencontré plus de réfugiés et nous sommes allés dans plus d’endroits, ce qui est tout à fait l’histoire - rencontrer des gens et aller dans des endroits différents que vous ne connaissiez pas auparavant."

Fionn a trouvé difficile de travailler dans une cuisine communautaire à Calais, en France, vers la fin du tournage.

Il a dit: «C'était vraiment bouleversant. J’ai le sentiment que ces grands événements comme la crise des réfugiés et toutes ces autres choses qui se passent deviennent presque une déclaration de mode et qu’ils sont populaires pendant un moment, mais ils ne le sont pas. Et actuellement, il semble que les gens ont en quelque sorte cessé de parler un peu. Mais la réalité est qu’il reste encore des milliers de réfugiés déplacés à Calais. "

«Nous étions sur place après le genre de« crise », techniquement, et il y avait tellement de réfugiés qui vivaient près d’une route, ce genre de chose. Ceux qui ont eu la chance d’avoir un logement dans la communauté, par exemple 10 dans une chambre, c’est comme dans ces conditions terribles et folles. »

Il a ajouté: «Je suis vraiment fier d’avoir tourné le film, je suis vraiment fier d’en faire partie. Je pense que c’est quelque chose que nous devons garder à l’esprit des gens. "

Pendant le tournage, les deux acteurs ont dû faire face à une expérience similaire à celle vécue par leurs personnages à l'écran.

Sebastian a déclaré: «Si ça ne vous dérange pas que j'en parle, Stéphane, au Maroc, les peuples d'Afrique de l'Ouest ont des difficultés, car ils sont immédiatement identifiés comme réfugiés ou migrants et je pense que vous avez eu des situations où ils ne l'ont pas fait. vous laisser dans un restaurant ou quelque chose?

Stéphane a répondu: «Ouais, grand temps. Ils m’appelaient de mauvais noms dans la rue, ils ne me laisseraient pas non plus dans certains restaurants au Maroc. C'était dur. Mais c'était vraiment intéressant pour moi, pour la construction du personnage en fait.

Fionn a ajouté: «C'est arrivé quand j'étais avec vous et j'ai été tellement impressionné par votre discipline. Évidemment, cela montre mon privilège et ma naïveté d'être si énervé et que la personne à qui elle était adressée - Stéphane - était totalement frileuse. C’est exactement comme dans le film. "

Fionn et Stéphane se sont relayés pour conduire le camping-car à travers le Maroc, l'Espagne et la France, tandis que Sebastian et son équipe se sont blottis dans le dos pour filmer leur voyage. Étonnamment, Fionn n'a réussi son test de conduite qu'en pré-production.

Il a plaisanté: «Je pense que si nous en parlons trop, Sebastian aura une attaque de panique.

«J'ai lu le script, fini de le lire et avant de faire quoi que ce soit, avant d'appeler mon agent et de lui en parler, je suis allé en ligne et j'ai réservé mon permis de conduire provisoire car je n'avais même pas de permis provisoire, j'avais utilisé mon passeport. entrer dans des endroits comme ID.

“Alors, je suis allé en ligne, j'ai réservé cela et je suis resté silencieux tout au long du processus d'audition, ce que je ne pouvais pas conduire. Je me suis dit: "Si je comprends bien, nous pourrons alors y penser." Et puis je l’ai compris et j’ai passé les trois mois les plus stressants de ma vie à essayer d’apprendre à conduire. "

Mais le «pire» reste à venir.

Fionn a déclaré: «Souvent, lorsque vous conduisez dans un film, cela se fait à l’arrière d’un camion. Mais sur ce film, nous avons vraiment roulé, alors j'en parle quand même parce que c'était très stressant.

«Pour conduire le véhicule de plaisance, il y avait une caméra échafaudée vers l'extérieur qui obscurcissait votre vision. Il y avait un chargement d'équipages prétendument illégaux dans ce véhicule de plaisance se cachant derrière des choses - il devait y avoir environ huit personnes à l'intérieur. Et c’est une voiture terrible, elle a coupé tout le temps.

«Alors nous conduisons et faisons toutes ces scènes où ce n'est pas aussi simple que de conduire - Sebastian est allongé dans le dos avec un moniteur, il est donc hors de vue depuis la caméra.« OK Fionn, regarde Stéphane, regarde vers lui. , 'et je suis comme,' Eh bien, je un m conduite!'

«Je devais lancer ces regards tout en regardant la route, en conduisant en mangeant et à un moment, il me disait: 'Fionn, Stéphane va démêler ses écouteurs - tu prends le volant.' J'étais tellement enthousiaste faire tout cela et dans la peur de ma vie. C’était un juste milieu entre les deux où je me trouvais: «C’est terrifiant, c’est incroyable, c’est terrifiant, c’est incroyable.»

Il a ajouté: «Il y a une scène avec le régulateur de vitesse où nous roulions sur l’autoroute et où vous ne pouviez vous arrêter que toutes les heures et demie. Alors nous en arrivons à un film alors que nous sommes sur le point de tourner cette scène dans le scénario qui dit: "Ils mettent le régulateur de vitesse et changent de siège." Sebastian était comme: "OK, faisons-le, allons le faire." J'avais vraiment peur, alors je me suis dit: "Peut-on peut-être s'entraîner simplement sur le parking?" Et il a répondu: "Oh oui, bien sûr."

«Et nous n’avons même pas pratiqué sur le parking. Kenneth, la poignée, un super gars très terre-à-terre, est venu vers moi et a dit:« Fionn, euh, qu'est-ce qui se passe? Qu'est-ce que tu vas faire? »Et j'ai dit:« Nous allons changer de siège et utiliser le régulateur de vitesse. »Et il a répondu:« NON. Sebastian!

Fionn a également cassé le véhicule de plaisance - le seul dont ils disposaient pour le tournage - lors d'un entraînement initial.

Il a déclaré: «Ce camping-car est véritablement l'un des deux existants. C’est un modèle si spécifique que vous ne pouvez pas acheter de pièces.

«Nous pratiquions donc, avant de commencer le tournage, au Maroc. Nous faisions des trucs fous ce jour-là. Il y avait cette grille avec des poteaux métalliques qui dépassaient du sol - je ne sais pas ce que c'était. Il y avait environ 10 pieds entre chaque pôle et c'était dans une formation en grille. André, qui était en charge du véhicule, a dû vérifier lui-même que le véhicule de tourisme avait même passé le trou. Il vient juste de monter. Et ils nous ont obligés à serpentiner dans et hors de la chose, comme conduire dans et hors de ces pôles. Nous avons donc fait cela, nous l'avons fait tous les deux une fois, bien.

"Est-ce que c'est une deuxième fois - il [Stéphane] tué, je l’ai fait une deuxième fois et jusqu’à la dernière, nous nous sommes détendus et j’ai juste manqué ce poteau. Cet évent qui a fait saillie du côté de la caravane vient de couper le pôle. Et parce que le camping-car était fait de polystyrène, il déchirait tout son arrière, exposant ainsi toutes les batteries, tous les fils. En fait, il y a une séquence vidéo et vous m'entendez dire: «Oh!». Il y a eu un énorme crash. Nous sommes sortis et honnêtement, mon estomac est tombé, j'étais terrifié.

Stéphane a déclaré: "Et je mourais, je me moquais de moi."

Fionn a répondu: "Tu rigolais et je me disais:" Arrête de rire de moi, ce n’est pas drôle! "Et vous étiez:" Je suis désolé mec, mais c’est vrai. "

Il a ajouté: «C'était pour moi un véritable baptême de feu. Je n’ai plus conduit depuis. Je suis terrifié. Non, en fait, c’est un mensonge, j’ai conduit. MM

Routes a eu sa première mondiale au Tribeca Film Festival 2019.